Samedi 16 & Dimanche 17 Mars 2019

Samedi 16 & Dimanche 17 Mars 2019

La violence : ses multiples formes et ses déguisements contemporains

Tous les détails de la Journée sur la page de l'événement

Samedi 16 Mars 2019, 09:00-18:00

Journée Psychosociologique Interdisciplinaire, Entrée ouverte à tous les adhérents

Formation : Axe 1 (Théorique) – Axe 2 (Psychodiagnostique) – Axe 5 (Clinique)

  • Barbara Simonelli & Simona Fassina : Violence contre les femmes : la victime, le persécuteur, les dépendances affectives (Durée 4 heures)
  • Jean-Louis Aillon & Elena Dal Santo : Nouvelles formes d’agentivité (agency) ) l’adolescence : un lien possible entre le phénomène des « neet » (ni étudiant, ni employé, ni stagiaire) et le terrotisme (Durée 2 heures)
  • Filippo Rutto : Les dynamiques sociales de la violence (Durée 1 heure)
  • Virginie Megglé : La violence indicible, l’abus de pouvoir entre infériorité et supériorité

Dimanche 17 Mars 2019, 09:00 – 18:00

Atelier de cas cliniques, Réservé aux élèves inscrits

Formation : Axe 2 (Psychodiagnostique) – Axe 3 (Technique) – Axe 5 (Clinique)

  • 09:00 – 11:00 : Simona Fassina : Etude de cas clinique
  • 11:00 – 13:00 : Jean-louis Aillon : Etude de cas clinique
  • 14:00 – 16:00 : Filippo Rutto : Etude de cas clinique
  • 16:00 – 18:00 : Barbara Simonelli : Etude de cas clinique
  • 18:00 : Alessandra Zambelli : Clôture de la 2ème Année de formation

Informez-vous sur nos formations

Vous souhaitez participer aux journées proposées par l'Institut Alfred Adler ? Vous êtes intéressés par nos formations ? Prenez contact avec l'Institut !

Week-end des 16 & 17 Mars 2019

Samedi 16 & Dimanche 17 Mars 2019

Formation Psychanalyste FOAD (Formation Ouverte et à Distance)

6ème Session, Année 2

Samedi 16 Mars :

Journée Scientifique Interdisciplinaire, cours ouvert au public.

La violence, ses formes multiples et déguisements contemporains

Dans « La pulsion d’agression dans la vie et dans la névrose » paru en 1908, Adler conçoit que l’organisme est capable de compenser ses conditions d’infériorité et d’atteindre un niveau de sécurité et de survivance suffisante, grâce à l’intervention de la pulsion d’agression.

Accès : Sessions ouvertes à tous les adhérents IAAP
Horaires : de 09:00 à 18:00
Adresse : Salle F (Pavillon de l’Horloge) de l’Hôpital Sainte-Anne, 1 Bis rue Cabanis, 75014 Paris

Accès : Sessions filmées réservées aux élèves inscrits (présentiel et/ou streaming)
Horaires : de 09:00 à 14:00
Adresse : Salle F, Pavillon de l’Horloge, Hôpital Sainte-Anne, 14 rue Cabanis, 75014 Paris

Violence, agressivité et pulsion d’agression

D’origine latine, le mot « agressivité » a pour étymologie « adgredi » ou « ad-gressere » signifiant aller vers, marcher. Dès 1908 dans l’écrit «La pulsion d’agression dans la vie et dans la névrose», Adler se démarque de Freud en considérant ce qu’il nomme la « pulsion d’agression » comme une réponse dynamique que l’individu apporte aux sollicitations du milieu et aux contraintes intérieures organiques, émotionnelles et affectives, plutôt que comme un instinct impulsif autonome. Adler décrit tout d’abord la pulsion d’agression depuis chaque organe comme leur capacité à une certaine autonomie « pulsionnelle » de compensation; tout en soulignant la nécessaire capacité « pulsionnelle » de coopérer entre eux. Le corps se gère, en effet, grâce à sa capacité de coopération coordonnée, repérable en particulier dans le mécanisme de la compensation, tel que décrit en 1907 dans “La compensation psychique de l’état d’infériorité des organes”.
Adler fait le distinguo entre les pulsions primaires tendant à répondre aux besoins organiques sensoriels et une pulsion supérieure agressive qui dynamise les pulsions des organes, les faisant confluer jusqu’à former un « entrelacement pulsionnel ». La « pulsion d’agression » est cette attitude offensive par rapport aux tâches qui se présentent à l’individu.

Selon Adler les pulsions émergent au niveau conscient soit directement, soit en étant transformées, soit elles sont complètement inhibées par les exigences extérieures (modulées par le Gemeinschaftsgefühl, sentiment d’appartenance et/ou sentiment social) ou le conflit avec une autre pulsion. La dynamique unificatrice de la pulsion d’agression nourrit une «superstructure psychique» capable de gérer le comportement global de la personne, dans un «entrelacement ou croisement [Verschränkung]) pulsionnel» réalisé par la psyché qui régule, inhibe, équilibre les pulsions, ou les transforme et les retourne.

Cette force de la pulsion d’agression est le moteur de la compensation de l’infériorité, qui en reste la finalité. C’est une combativité, une énergie offensive orientée vers un but de sauvegarde, voire de puissance ou de supériorité, produisant le plaisir psychosomatique de la compensation du sentiment d’infériorité. On la retrouve au cœur de la créativité de la personne, dans ses mécanismes d’adaptation et de défense. Elle est fortement régulée par le sentiment social, le Gemeinschaftsgefühl (qui est à la base de toute relation avec l’environnement extérieur) qui, produisant une action combinée à la pulsion d’agression, donne lieu à un équilibre plus ou moins harmonieux, berceau de la psyché.

Dès 1908, Adler s’éloigne de l’idée freudienne d’une pulsion sexuelle directrice pour se détacher complètement du paradigme pulsionnel freudien à partir de 1911, s’étant attaché au paradigme fictionnel et téléologique.

Ainsi, la pulsion d’agression évoluera vers les notions de «protestation virile» et de «volonté de puissance», mais Adler considérera toujours l’agressivité comme cette force motrice et vitale qui anime la nécessaire compensation du sentiment d’infériorité, en direction de l’Autre.

Et la violence dans tout ça ? On comprend ainsi qu’elle est fortement liée à l’agressivité. Mais là où l’agressivité – désormais acquise au sens éthologique de Konrad Lorenz (1903-1989) – inspire la puissance qui permet l’affirmation de soi et la rencontre avec l’autre, la violence évoque l’impuissance ou la surpuissance, à savoir des processus relationnels déficients. Physique, verbale, familiale, conjugale, communautaire, sexuelle, psychologique, sociale, institutionnelle, symbolique, la violence est un phénomène complexe et protéiforme. Force hostile qui cherche à détruire l’autre pour se défendre soi-même, ou retournée contre soi-même, elle s’inscrit en dehors des cadres sociaux qui fondent l’appartenance de l’individu et court-circuite la psyché par un passage à l’acte qui prend à ce moment-là plus de sens.

La violence est-elle l’expression d’un dérèglement de l’agressivité ? D’une défaillance des mécanismes d’adaptation et de compensation de l’infériorité ? Est-elle une surcompensation ? Un mécanisme de survie psychique ? L’expression d’un déficit du Gemeinschaftsgefühl ? D’une incapacité à supporter l’ambivalence ? Ou tout ça à la fois ? Nous verrons, à travers les différentes interventions de la journée, les dynamiques qui sous-tendent ce phénomène aux multiples formes d’expression et aux manifestations parfois visibles ou invisibles.

Jour 1 – Samedi 16 Mars – Journée Scientifique Interdisciplinaire

Session ouverte aux élèves et aux adhérents IAAP

Formation I Axe Théorique, II Axe Psychodiagnostique,  et Axe V Clinique

}

9:00 – 9:30

Sainte-Anne

Présentation

Par Alessandra Zambelli, Responsable Formation

Accueil et présentation

Accueil des élèves et des participants pour cette journée très spéciale . Madame Zambelli présente l’Institut Alfred Adler de Paris et la Formation Triennale de Psychanalyste Adlérien.

}

09:30 – 10:30

Sainte-Anne

1ère Session

Par le Pr Filippo Rutto

Les dynamiques sociales de la violence

Sociale et collective ou individuelle et intime, la violence traverse les sociétés depuis l’aube des temps de l’humanité, commun sujet de recherche qui inquiète et fascine tout à la fois. Le Pr Filippo Rutto abordera pour nous les ressorts culturels et sociaux de la violence à travers le prisme du Gemeinschaftsgefühl et du paradigme social adlérien.

}

10:30 – 13:00

Sainte-Anne

2ème Session

Par le Pr. Barbara SIMONELLI et le Pr. Simona FASSINA : la violence contre les femmes

La violence contre les femmes

« La victime. Le persécuteur. Les dépendances affectives » : La violence conjugale plutôt que l’angoisse de l’abandon ?

}

14:00 – 16:00

Sainte-Anne

3ème Session

Dr. Jean-Louis AILLON et Elena DAL SANTO

Les nouvelles formes d'agentivité (agency) à l'adolescence

Etude d’un lien possible entre le phénomène des NEET (ni étudiant, ni employé, ni stagiaire) et le terrorisme.

}

16:30 – 17:30

Sainte-Anne

4ème Session

Par Virginie MEGGLE

La violence indicible

L’abus de pouvoir entre infériorité et supériorité

}

17:30 - 18:00

Sainte-Anne

Clôture de la Journée

Par Alessandra ZAMBELLI

Final et Clôture de la Journée

Présentation des prochaines sessions de formation ouvertes au public, dans le cadre du programme de la Formation Triennale de Psychanalyste Adlérien par la Directrice des Formations.

Téléchargez le programme complet

Jour 2 – Dimanche 17 Mars – Atelier présentiel ou streaming vidéo

Session réservée aux élèves inscrits

Formation Axe 2 Psychodiagnostique,  Axe 3 Technique et Axe 5 Clinique

}

09:00 – 11:00

Sainte-Anne

1er Atelier

Par le Pr. Simona FASSINA

Etude de cas clinique

Présentation et analyse à partir du cas concret d’un patient (anonyme).

}

11:00 - 13:00

Sainte-Anne

2ème Atelier

Par le Dr Jean-Louis AILLON

Etude de cas clinique

Présentation et analyse à partir du cas concret d’un patient (anonyme).

}

14:00 - 16:00

Sainte-Anne

3ème Atelier

Par le Pr Filippo RUTTO

Etude de cas clinique

Présentation et analyse à partir du cas concret d’un patient (anonyme).

}

16:00 - 18:00

Sainte-Anne

4ème Atelier

Par le Pr Barbara SIMONELLI

Etude de cas clinique

Présentation et analyse à partir du cas concret d’un patient (anonyme).

}

18:00

Sainte-Anne

Clôture

Par le Pr Alessandra ZAMBELLI

Clôture de la 2ème Année de Formation

Clôture de la 2ème Année de Formation. Annonce du week-end de révision.

Inscrivez-vous!

Pour vous inscrire et assister à la journée du 16 Mars 2019. Pour profiter de toutes nos activités. Pour vous former à la psychanalyse adlérienne. Pour soutenir la recherche. Pour collaborer. Adhérez à l’Institut !

Contactez l'Institut

15 + 8 =

Pin It on Pinterest