LANGAGE (JARGON) DES ORGANES

(Organdialekt)

Si pour Adler la psyché est une compensation de l’infériorité des organes (1907), la perspective psychosomatique est, dès les débuts, une priorité et une caractéristique de la perception thérapeutique adlérienne : les organes expriment par leurs dysfonctionnements ce que le sujet vit, à l’intérieur comme à l’extérieur, sans en avoir forcement conscience. En 1912 (cf. Le tempérament nerveux), Adler utilise ce concept en un sens élargi pour indiquer la communication non verbale : le corps venant à parler plus clairement que les mots, le corps-qui-parle contredit volontiers le discours conscient et peut se traduire par des symptômes créés ad hoc. Le paradigme holiste porte ainsi à considérer le corps autant que la pensée dans la communication, voire parfois contre elle, mais toujours au service de la fiction directrice ou tendancieuse. Le corps prend donc toute sa place dans la relation thérapeutique autant dans la séance que dans l’analyse de la personnalité du patient et de sa pathologie.

Pin It on Pinterest