Les pré-requis pour l'admission

Règles d’accessibilité à l’agrément de psychanalyste adlérien

Le travail sur soi-même : le sine qua non de cette formation

séance psychothérapie

L’IAAP étant en cours d’agrément de la Société Internationale de Psychothérapie Psychodynamique (IAIP), le travail sur soi-même est un sine qua non pour accéder à l’agrément final de psychanalyste adlérien, car il est l’outil qui marque la différence méthodologique avec les autres techniques thérapeutiques et de sa transmission. Il se concrétise par la pratique d’une analyse ou psychothérapie personnelle, faite en parallèle de la formation ou précédemment, avec un thérapeute adlérien ou d’autre formation, à condition que cette thérapie soit documentée et réalisée par un thérapeute agrée par une Société Psychanalytique ou Psychothérapeutique reconnue officiellement, autant en France qu’à l’étranger.

Le travail sur soi-même correspond, sans pouvoir y être substitué, au titre de l’axe IV des cinq axes de la formation, qui voit actuellement le psychodrame d’enfants comme son noyau principal, car cet axe utilise la technique groupale. La double formation – la triennale comme psychanalyste adlérien et l’annuelle comme psychodramatiste – sera considérée de manière intégrative, ne permettant pas seulement un forfait économique favorable, mais aussi la possibilité de substituer – si l’on désire – tout l’axe IV par la formation annuelle en psychodrame. En revanche la thérapie ou analyse individuelle ne pourra pas être substituée par la formation au psychodrame, ni annuelle ni triennale, car en ligne générale pour accéder à cette formation on devrait avoir déjà réalisé un travail sur soi-même, ou au moins l’avoir démarré. Nous décrirons mieux le sens de cet axe dans le paragraphe qui lui est consacré.

Diplômes

Les diplômes universitaires de psychologie, médecine, ou autre, ne sont pas requis pour cet agrément de psychanalyste adlérien, conformément à la loi française. Ils le seront en revanche pour le titre de psychothérapeute, car il est soumis à une loi restrictive et précise, et qui concerne donc une autre formation, probablement future pour l’IAAP qui cherchera à l’envisager comme évolution de la présente par un ajout de un ou deux ans à celle-ci. Nous demandons quand même un niveau universitaire (bac + 3) ou un équivalent d’expérience professionnelle que le Responsable de la Formation évaluera individuellement.

Mémoire

rédaction mémoire

Un travail d’analyse et d’écriture de style universitaire – voire un mémoire de 50 pages – est indispensable pour accéder à l’agrément de psychanalyste adlérien. Il sera dirigé par un Superviseur ou un Formateur IAAP, ou d’autres Institutions accréditées par l’IAAP, pendant l’année de cooptation de l’élève.

Le sujet se focalisera prioritairement sur le domaine clinique, mais il devra s’étaler sur tous les axes, avec une certaine limitation pour celui du travail sur soi-même qui doit rester du registre de l’intime, mais l’élève pourra le développer pour ce qui concerne l’aspect du thérapeute, de l’ordre du travail sur le transfert et le contretransfert, dans l’analyse du cas.

Ce mémoire devrait avoir la consistance d’un travail cohérent et logiquement structuré, harmonieusement abouti et clair dans sa finalité démontrée. Une commission d’au moins trois formateurs devra garantir au candidat la discussion de son manuscrit. La soutenance devra se tenir au plus tard 3 mois après la présentation du manuscrit au responsable de la Formation IAAP. La soutenance peut coïncider avec l’agrément de psychanalyste adlérien.

Cooptation

Après les trois ans de formation, le titre de membre coopté pour l’élève qui a participé à tous les modules ou UV équivalents prévus pour le cursus complet lui est décerné. Ce titre lui permet de pouvoir commencer à recevoir quelques patients sous la supervision d’un Superviseur, et d’accéder à la partie Recherche et Communication de cette Formation, car il sera amené à présenter des travaux écrits pendant les Journées Scientifiques, ou les Congrès Internationaux, en préparation de l’agrément final, réalisable après une année de la cooptation et l’écriture d’un mémoire. Nous tenons beaucoup à cette phase de notre formation car il est important que le futur psychanalyste puisse vivre ce moment d’expérience et d’accréditation sociale de son savoir faire, d’abord théorique. Il est d’ailleurs rare de trouver cette méthode dans les formations pour psychothérapeute et psychanalyste.

Dérogation

Pour valoriser les différents parcours individuels, l’IAAP permet aux futurs élèves de poser au Responsable de la Formation une demande spécifique de dérogation du parcours standard de la Formation à la première année d’inscription. Cette demande devra être corroborée par un dossier précis et spécifique relatif aux précédentes formations et professions, que le Responsable visionnera pour en décider une proposition finale, basé sur des critères de valorisation en terme de UV et de correspondance avec le cinq Axes de la Formation.

Pin It on Pinterest

Share This