Introduzione alla newsletter n.8

Partendo dalle riflessioni introdotte nell’editoriale, abbiamo voluto costruire l’ottavo numero della newsletter OT cercando di ampliare gli orizzonti del nostro lavoro analizzando alcuni aspetti sociali, culturali ed economici che dobbiamo imparare a leggere anche come campanelli di allarme. Proprio a supporto di questo ambizioso traguardo ci siamo soffermati su aspetti internazionali che hanno avuto lo “svantaggio” di provare prima di noi, e sulla loro pelle, il confronto con il nuovo modello terroristico.

  • A pag.6 abbiamo inserito una riflessione sull’ultima opera di Fethi Benslama e Farhad Khosrokhavar, “Le Jihadisme des femmes, Pourquoi elles ont choisi Daech”, pubblicato l’anno scorso dalle Edition du Seuil. Un volume dove i due autori, rispettivamente uno psicanalista Francotunisino, e un sociologo – accademico iraniano (oggi direttore di ricerca dell’Ecole des hautes études en sciences sociales di Parigi), ci accompagnano in un percorso di comprensione del fenomeno delle donne e la Jhiad, un tema che racchiude una delle sfide probabilmente più pregnanti e particolari del nuovo modello di reclutamento terroristico.
  • A pag.11 abbiamo selezionato un’importante testimonianza della Psicoterapeuta Alessandra Zambelli responsabile della Formazione dell’Institut Alfred Adler de Paris (IAAP). Con una riflessione sulla “genesi dell’odio”, una lettura che ci rende contezza di due temi significativi, da un lato la necessità di disegnare un nuovo ruolo di attori che fino ad oggi non avevano un peso specifico nell’osservazione tecnica del fenomeno e dall’altro le implicazioni sociali nella genesi del terrorismo, rilanciando anche in questo la necessità di allargare la partecipazione ai “corpi intermedi” della società in questa nuova Sfida.
  • A pag.13 invece abbiamo voluto segnalare la presenza di un nuovo interlocutore nel panorama dell’informazione sulla sicurezza con la rivista “Il Club” rivista trimestrale supportata anche dall’Ambasciata inglese con questo nuovo numero dedicato “La sicurezza dell’individuo” recentemente presentato alla Biblioteca della Camera dei Deputati, nella Sala del Refettorio di Palazzo San Macuto a Roma. In quella occasione in occasione hanno partecipato, con Jill Morris CMG (Ambasciatore del Regno Unito in Italia), Marco Minniti (Ministro degli Interni), Claudio Galzerano (Direttore Servizio per il contrasto dell’estremismo e del terrorismo esterno), Andrea Manciulli (Presidente della Delegazione italiana presso l’Assemblea parlamentare della NATO), Raffaello Pantucci (Direttore dell’International Security Studies Royal United Services Institute (RUSI), Alberto Simoni (Capo della Redazione Esteri de La Stampa) e Francesco De Leo (Direttore de Il Club).
  • A pag. 17 di questo numero presentiamo un’articolata ricerca su chi sono i “suicide bombers”. L’analisi è ricca di dati statistici estrapolati dai vari attentati compiuti i questi anni grazie a una ricerca condotta dall’Università di Chicago e a uno studio finanziato dalla N. A. T. O. Come spesso si dice i numeri non mentono o comunque ci aiutano a oggettivare meglio le nostre analisi. Emerge con chiarezza che vi è un trend in crescita dei attacchi suicidi compiuti da giovani di età massima di 31 anni. Il profilo è quello di un uomo (solo il 10 % degli attentati è compiuto da donne), single, con un titolo di studio superiore e con una scarsa conoscenza della sharia.
  • A pag. 23 lanciamo una tavola rotonda virtuale ma che assume ogni mese maggiore concretezza con la presenza costante di un dibattito tra professionisti. Ci siamo presi la libertà di sottoporre agli autori che abbiamo recensito in questi mesi (speriamo non ce ne vogliano) alcune domande nate dalla nostra ricerca. Le risposte sono state elaborate sulla base delle loro opere e riproposte nel corso di un “seminario possibile”.
  • A pag.33 chiudiamo infine questa edizione con una importante iniziativa di ABI, Convegno Banche & Sicurezza, con un ampio confronto sul tema Security nelle sue molteplici declinazioni, dal tema aziendale all’approfondimento istituzionale. Un dibattito che riteniamo di sicuro interesse per i nostri attenti e qualificati lettori e per il quale inseriamo il programma della tavola rotonda sul terrorismo; infatti, noi saremo presenti con una “nostra” sessione “la prevenzione del terrorismo” cui parteciperanno relatori di assoluto rilievo

Augurando buona lettura ai nostri lettori, speriamo di aver contribuito a sottolineare la forte vocazione inclusiva e allo stesso tempo fortemente proiettata all’estero dell’Osservatorio sul Terrorismo. Una condizione quasi necessaria alla luce delle profonde ragioni valoriali da cui trae origine e il supporto sempre più allargato con nuovi contributori. Nuove voci che ci giungono anche da altri contesti europei, offrendoci nuovi spunti di analisi e riflessione. Una pluralità di idee che ci offre maggiore consapevolezza sulla bontà e la forza dell’iniziativa e ci spinge a proseguire nell’auspicio di aver intrapreso una buona strada.

Introduction de la newsletter n°8 de l’Observatoire du Terrorisme de l’ANSSAIF

Traduit de l’italien

A partir des réflexions introduites dans l’éditorial, nous avons voulu construire ce huitième numéro de la newsletter OT en cherchant à élargir l’horizon de nos travaux par l’analyse des aspects sociaux, culturels et économiques que nous devons apprendre à lire aussi comme des signaux d’alarme. Pour soutenir précisément cet objectif ambitieux, nous nous sommes concentrés sur les aspects internationaux, qui ont eu le “désavantage” d’expérimenter avant nous, et donc directement ‘dans leur peau’, la comparaison avec le nouveau modèle terroriste.

  • Page 6, nous proposons une réflexion sur le dernier ouvrage de Fethi Benslama et Farhad Khosrokhavar, Le Jihadisme des femmes. Pourquoi ont-elles choisi Daech, publié l’année passée aux Editions du Seuil. Un livre où les deux auteurs – un psychanalyste franco-tunisien et un sociologue académique iranien (aujourd’hui directeur de recherche à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales de Paris), nous accompagnent dans un parcours de compréhension du phénomène des femmes et du Jihad, thème qui contient l’un des défis les plus complexes et les plus spécifiques du nouveau mode de recrutement terroriste.
  • Page 11, nous avons sélectionné un important témoignage de la Psychothérapeute Alessandra Zambelli, responsable de la Formation de l’Institut Alfred Adler de Paris(IAAP). Par une réflexion sur la “genèse de la haine”, elle nous offre une lecture au caractère concret sur deux sujets significatifs : d’un côté, la nécessité de dessiner un nouveau rôle pour des acteurs qui, jusqu’à aujourd’hui, n’avaient jamais eu un poids spécifique dans l’observation technique du phénomène; de l’autre, les implications sociales de la genèse du terrorisme. Ceci implique la relance de l’importance -devenue nécessité- d’élargir la participation aux “corps intermédiaires” de la société dans ce nouveau défi de notre époque.
  • Page 13, en revanche, nous avons souligné la présence d’un nouvel interlocuteur dans le panorama de l’information sur la sécurité avec la revue trimestrielle ”Il Club”, également soutenue par l’Ambassade Britannique, avec son nouveau numéro consacré à “La sécurité de l’individu”, récemment présenté à la Bibliothèque de la Chambre des députés, dans la Salle du Réfectoire du Palazzo San Macuto à Rome. A cette occasion ont participé Jill Morris CMG (Ambassadeur du Royaume Uni en Italie), Marco Minniti (Ministre de l’Intérieur), Claudio Galzerano (Directeur du Service de la lutte contre l’extrémisme et le terrorisme extérieur), Andrea Manciulli (Président de la Délégation italienne à l’Assemblée Parlementaire de l’OTAN), Raffaello Pantucci (Directeur de l’International Security Studies Royal United Services Institute (RUSI), Alberto Simoni (Directeur de rédaction Etranger de La Stampa) et Francesco De Leo (Directeur de Il Club).
  • Page 17, nous présentons une recherche complexe sur les “ suicide bombers”. L’analyse est riche des données statistiques extrapolées à partir des divers attentats menés ces dernières années, grâce à une recherche conduite par l’Université de Chicago et une étude financée par l’OTAN. On dit souvent que les chiffres ne mentent pas, du moins nous aident-ils à objectiver nos analyses. Il en résulte avec clarté que les attentats suicides ont tendance à se multiplier chez les jeunes de moins de 31 ans. Le profil type est celui d’un homme (seulement 10% des attentats sont accomplis par des femmes), célibataire, avec un diplôme d’étude supérieur et une faible connaissance de la charia.
  • Page 23, nous lançons une table ronde virtuelle qui se concrétise chaque mois avec la présence constante d’un débat entre professionnels. Nous avons pris la liberté de soumettre aux auteurs que nous avons recensés ces derniers mois (nous espérons qu’ils ne nous en veulent pas) quelques questions découlant de notre recherche. Les réponses ont été élaborées sur la base de leurs travaux et présentées à nouveau lors d’un “possible séminaire”.
  • Page 33, nous clôturons cette édition par une importante initiative de l’ABI, Congrès Banque et Sécurité, avec une ample discussion sur le thème de la Sécurité dans ses multiples formes, du thème corporatif à l’approfondissement Institutionnel. Un débat que nous considérons d’un vif intérêt pour nos lecteurs attentifs et qualifiés et pour lequel nous insérons le programme de la table ronde sur le terrorisme. En effet, nous serons présents avec notre session sur “la prévention du terrorisme”, à laquelle participeront des intervenants de haut niveau.

En vous souhaitant une bonne lecture, nous espérons avoir contribué à souligner la forte vocation intégrative et en même temps fortement projetée vers l’étranger de l’Osservatorio sul Terrorismo. Ceci est une condition quasi nécessaire au rayonnement des profondes valeurs dont il est issu et au soutien de plus en plus large des nouveaux contributeurs. De nouvelles voix qui nous parviennent également d’autres pays européens, pour nous offrir de nouvelles perspectives stimulantes d’analyse et de réflexion. Une pluralité d’idées qui nous offre une plus grande conscience de l’efficacité et de la puissance de l’initiative et nous exhorte à continuer avec l’espoir d’être sur la bonne route.

Editorial OT numéro 8

Un texte de Pietro Blengino, Rédacteur en Chef de l’OT Newsletter. Traduit de l’italien.

«Il y a du Mal personnel et social à déraciner et il y a du Bien, visible ou, ce qui est plus probable, invisible, à exalter. De toute évidence, il y a également le spectacle misérable de la violence, de moins en moins occasionnelle, malheureusement, et de plus en plus focalisée vers la dégradation et la barbarisation de la vie, et devant laquelle il est de notre devoir de prendre position. Les fondements de la coexistence civile sont corrodés et l’État est mis en cause.»
Aldo Moro
(extrait de « Agir unis dans la diversité », Il Giorno, 10 avril 1977)

Cette citation d’Aldo Moro remonte à un peu plus d’un an avant sa mort tragique, dont on célèbre cette année le 40ème anniversaire, et nous a semblé être, dans la richesse de son patrimoine culturel, celle qui exprime le mieux l’effort qui guide notre action quotidienne.

Depuis quelques temps, nous entamons un processus d’analyse et d’approfondissement d’un phénomène tel que celui du terrorisme qui, bien que présentant mille facettes, vise à détruire les fondements mêmes de notre vie civile, y compris notre culture, nos valeurs et notre démocratie.

Récemment, l’E.T.A. a annoncé la fin de sa raison d’être et, près de 60 ans après sa fondation pour lutter contre le franquisme, elle a définitivement annoncé la fin d’un cycle historique, commun à d’autres pays occidentaux comme l’Italie, la Grèce, l’Allemagne et l’Angleterre avec l’I.R.A.

Laissant de côté le versant judiciaire et l’établissement, si possible, des responsabilités pénales, il devient important à ce stade de reconstruire la vérité historique: la régression d’une organisation née en 1958 pour combattre une dictature, le choix du terrorisme et la perte progressive de liens avec la population dont il recherchait la «libération» et «l’indépendance».

Un autre élément frappant est qu’avec la fin de l’E.T.A., se termine l’époque des groupes terroristes qui prenaient pour cible l’Etat d’un pays unique.

L’ennemi était l’État en tant qu’oppresseur de classe d’une minorité politique et/ou religieuse, c’est à dire des classes sociales reléguées à des postes subordonnés.

Le nouveau terrorisme vit lui-aussi une phase de mondialisation dans laquelle l’ennemi est un système socioculturel qui, au niveau mondial, opprime une grande masse d’individus de confession musulmane.

Un épisode mineur est survenu à Turin au début des années 80 dans la banlieue sud de la ville. Les Carabinieri du Général Dalla Chiesa ont identifié un couple de terroristes, les ont suivis et arrêtés dans la zone de Piazza Bengasi.

L’action fut si rapide et efficace que les deux terroristes n’ont pas eu la moindre possibilité de réagir. L’un d’entre eux émit une seule déclaration: « si nous avions su depuis le début que vous étiez comme ça, nous n’aurions même pas commencé ». Dans ces simples mots, nous voyons résumée l’essence de la lutte contre le terrorisme, comme la capacité de comprendre les phénomènes et d’apprêter des réactions adéquates.

Ce n’est pas seulement une question de force, même si elle constitue une condition incontournable, mais c’est l’implication de tous dans la réaction et dans le fait de contredire une menace à notre qualité de vie, telle que nous l’avions conçue jusqu’à présent.

Une lecture qui va dans le sens du changement, pas tant du point de vue purement opérationnel, mais surtout du point de vue culturel, en relançant un modèle collégial et stratégique sous l’ancienne devise des Mousquetaires: «tous pour un et un pour tous! ».

OT Editoriale

un testo di Pietro Blengino (Caporedattore della newsletter OT Osservatorio sul Terrorismo, componente del Consiglio Direttivo di A.N.S.S.A.I.F. la più importante associazione di esperti di sicurezza bancaria e finanziaria italiana nonché componente del Comitato Guida OSSIF – A.B.I. Associazione Bancaria Italiana)

C’è del male personale e sociale da sradicare e del bene, visibile o, com’è più probabile, non visibile, da esaltare. Ma c’è, in tutta evidenza, lo squallido spettacolo della violenza, sempre meno episodico, purtroppo, sempre più finalizzato alla degradazione e all’imbarbarimento della vita, di fronte al quale è nostro dovere prendere posizione. Ne sono corrose le basi della convivenza civile ed è messo in causa lo Stato.
Aldo Moro
(da “Agire uniti nella diversità”, Il Giorno, 10 aprile 1977)

La citazione è risalente a poco più di un anno prima della sua tragica scomparsa di cui ricorre oggi il quarantesimo anniversario e ci è parsa essere, nella ricchezza della sua eredità culturale, quella che meglio rappresenta lo sforzo per guidare la nostra azione quotidiana.

Da tempo avviato un percorso di analisi e approfondimento di un fenomeno quale quello del terrorismo che pur presentando mille sfaccettature è volto a distruggere le basi stesso del nostro vivere civile, della nostra cultura intesa come valori e della nostra democrazia.

Non vogliamo dilungarci oltre, non è nel nostro stile, ma consentiteci due considerazioni.

La prima quella che nei giorni scorsi l’E.T.A. ha annunciato la fine della sua ragion d’essere e a quasi 60 anni dalla sua fondazione per combattere il franchismo ha definitivamente annunciato la chiusura di un ciclo storico, proprio e comune alle esperienze di altri paesi occidentali quali l’Italia, la Grecia, la Germania e non ultima l’Inghilterra con l’I. R. A.

Lasciando da parte il versante giudiziale con l’accertamento se possibile delle responsabilità penali a questo punto diventa importante la ricostruzione della verità storica, l’involuzione di un’organizzazione nata nel 1958 per combattere una dittatura, la scelta del terrorismo e la progressiva perdita di legami con la popolazione di cui perseguiva la “liberazione” e l “’indipendenza”.

Un altro elemento che ci colpisce è quello che con l’E.T.A. si chiude l’epoca dei gruppi terroristici che avevano preso di mira l’entità statuale del singolo Paese.

Il nemico è lo Stato in quanto oppressore di classe di una minoranza politica e/o religiosa ovvero di classi sociali relegate in posizioni subordinate. Il nuovo terrorismo vive anch’esso una fase di globalizzazione in cui il nemico è un sistema socio – culturale che a livello mondiale opprime una grande massa di individui di fede musulmana.

La seconda è un episodio minore avvenuto a Torino agli inizi degli anni ‘80 nella periferia sud della città. I Carabinieri del Gen. Dalla Chiesa hanno individuato una coppia di terroristi, li seguono e li arrestano nella zona di Piazza Bengasi.

L’azione è talmente rapida ed efficace che i due terroristi non hanno la minima possibilità di reazione. Uno di loro rilascia un’unica dichiarazione: “se avessimo saputo fin dall’inizio che eravate così non avremmo neanche iniziato”. In queste parole e nella loro semplicità crediamo sia racchiusa l’essenza della lotta al terrorismo: capacità di comprendere i fenomeni e di approntare reazioni adeguate.

Non si tratta solo di forza, pur se costituisce una condizione imprescindibile, ma anche di coinvolgimento di tutti nella reazione e nel contrasto di una minaccia alla nostra vita così come l’abbiamo concepita finora.

Una lettura che va nella direzione del cambiamento, non tanto dal punto di vista squisitamente operativo, ma soprattutto dal punto di vista culturale, rilanciando un modello collegiale e strategico sotto l’antico motto dei moschettieri: “tutti per uno e uno per tutti!”.

Adolescence, violence et terrorisme : la genèse de la haine

Adolescence, violence et terrorisme : la genèse de la haine

Interdisciplinarité par le dialogue entre psychologie et sociologie

Collaboration d'Alessandra Zambelli, Responsable Formation de l'Institut, à la Revue OT (OSSERVATORIO TERRORISMO) de l'ANSSAIF*

*Association Nationale Italienne des Spécialistes de Sécurité et Agence d’Intermédiation Financière

L’ébauche d’un dialogue interdisciplinaire tel que l’encourage l’IAAP dans sa volonté d’une épistémologie d’ouverture et d’interrelations théoriques et pratiques.

Journée Scientifique 3/6/2017

Journée Scientifique 3/6/2017

(Clic sur l'image pour accéder à l'archive)

« C’est avec un enthousiasme rigoureux que je me permets de souligner l’accueil rare et fin de M. Pietro Blengino, Rédacteur en Chef de la Newsletter OT Osservatorio sul Terrorismo (Observatoire sur le Terrorisme), membre du Conseil Directif de l’ A.N.S.S.A.I.F. (la plus importante association italienne d’experts de sécurité bancaire et financière), et membre du Comité de Pilotage OSSIF – A.B.I. (Association Bancaire Italienne).
En m’écrivant pour me remercier, ainsi que l’Institut Alfred Adler de Paris, pour la brève mais riche réflexion sur ”la genèse de la haine“, publié sur la Newsletter n° 8 de l’Osservatorio Terrorismo (OT – Observatoire du Terrorisme), M. Blengino a su mettre en évidence l’efficacité de l’interdisciplinarité, en particulier sur des sujets très concrets comme la sûreté et le terrorisme.
Cette affinité méthodologique spontanée (et quelque peu insolite) est précieuse, car de ses perspectives diversifiées, est née une coopération de recherche scientifique, afin d’approfondir et publier sur ces thématiques de violence et d’adolescence. Thématiques que nous abordons dans le cadre de nos formations, par le biais de journées scientifiques (comme celle du 3 Juin 2017) ou de modules spécifiques (comme le module « Ado, violence et terrorisme » inclus dans notre nouvelle formation à l’accompagnement adlérien qui débute à l’automne 2018).

Avec leur aimable autorisation, nous publions ici la traduction des textes en italien extraits de l’Editorial et de l’Introduction de la Newsletter n° 8 de l’Osservatorio Terrorismo, rédigés par le Rédacteur en chef M. Pietro Blengino. Nous publions à la suite notre article « j’ai failli devenir terroriste ». »

Mme Alessandra Zambelli
Responsable Formation IAAP

Editoriale Revue OT

NOTA DELLA REDAZIONE

In questa newsletter, raccogliamo alcune recensioni redatte da colleghi che hanno aderito all’Osservatorio. Noi continueremo nel recensire testi di possibile interesse degli iscritti, e a proporre temi per stimolare il dibattito. Attendiamo i vostri contributi!

Osservatorio Terrorismo – Newsletter numero 8

Editoriale Osservatorio Terrorismo 8

Pietro Blengino (Caporedattore),
ANSSAIF, Associazione culturale

Editorial de la Revue OT

NOTE DE LA REDACTION

Dans ce bulletin, nous présentons des contributions rédigées par des collègues ayant rejoint l’Observatoire. Nous continuerons d’examiner les textes susceptibles d’intéresser les membres et de proposer des thèmes pour stimuler le débat. Nous attendons vos contributions!

Observatoire du terrorisme – Newsletter numéro 8

Editorial du Bulletin de l'Observatoire du Terrorisme, numéro 8

Pietro Blengino (Rédacteur en Chef),
ANSSAIF, Association Culturelle

Introduzione alla newsletter n.8

INTRODUZIONE ALLA NEWSLETTER N 8 DI OT

Partendo dalle riflessioni introdotte nell’editoriale, abbiamo voluto costruire l’ottavo numero della newsletter OT cercando di ampliare gli orizzonti del nostro lavoro analizzando alcuni aspetti sociali, culturali ed economici che dobbiamo imparare a leggere anche come campanelli di allarme. Proprio a supporto di questo ambizioso traguardo ci siamo soffermati su aspetti internazionali che hanno avuto lo “svantaggio” di provare prima di noi, e sulla loro pelle, il confronto con il nuovo modello terroristico.

Osservatorio Terrorismo – Newsletter numero 8

Introduzione alla newsletter n.8

Pietro Blengino (Caporedattore)
ANSSAIF, Associazione culturale

Introduction à la newsletter n.8

INTRODUCTION A LA NEWSLETTER N 8 DE L’OT

A partir des réflexions introduites dans l’éditorial, nous avons voulu construire ce huitième numéro de la newsletter OT en cherchant à élargir l’horizon de nos travaux par l’analyse des aspects sociaux, culturels et économiques que nous devons apprendre à lire aussi comme des signaux d’alarme. Pour soutenir précisément cet objectif ambitieux, nous nous sommes concentrés sur les aspects internationaux, qui ont eu le “désavantage” d’expérimenter avant nous, et donc directement ‘dans leur peau’, la comparaison avec le nouveau modèle terroriste.

Observatoire du Terrorisme – Newsletter numéro 8

Introduction du Bulletin de l'Observatoire du Terrorisme, numéro 8

Pietro Blengino (Rédacteur en Chef),
ANSSAIF, Association Culturelle

J’ai failli devenir terroriste !

Réflexion brève, sur la nature socioéconomique et psychique de la matrice terroriste.

«Vous savez, Madame, j’ai failli devenir terroriste!»

Ces mots lourds, lucides, et apparemment sans appel, ont démarré une séance avec un patient dans mon cabinet du département 93: le Bronx de Paris. Un homme jeune, dont les yeux montraient une dureté plus mature.

Des mots qui étaient le signe d’un grand danger et, en même temps, la ligne de démarcation d’une vraie prise de conscience, d’un risque passé d’une façon ou d’une autre ainsi je me sentais de l’affronter avec une certaine sérénité.

«J’aurais voulu faire payer ma souffrance, ma rage, dans un monde où j’aurais répondu à l’injustice par la vengeance – continuait Ahmed (nom changé par respect pour l’intimité du patient) – tentant de se libérer du poids de la violence dans laquelle il avait grandi – cette société se fonde sur l’injustice, sur le principe de laisser les derniers toujours en dernier, de ne jamais donner la possibilité de se racheter, alors on devient victime de soi-même et la moindre des choses que tu peux faire est de t’abandonner. Il y en a qui le font par les drogues, d’autres avec l’alcool, moi, comme musulman, je le fais par la nourriture, en mangeant dans un très court laps de temps 1 kilo d’épinards surgelés et 8 hamburgers de premier prix».

Voilà le portrait de l’homme que j’avais devant moi, un homme en souffrance qui avait fait le choix le plus important de sa vie : se tenir devant un thérapeute pour trouver le bon moyen de sortir de sa haine et de son mal-être.

Il l’avait fait avec conviction, en choisissant un professionnel privé plutôt qu’une structure sociale publique ; un élément qui en soi reflétait à la fois une importante détermination et un manque de confiance dans la société et dans sa capacité à lui pouvoir l’aider.

Ahmed n’avait pas eu l’opportunité de poursuivre ses études, et, comme beaucoup d’enfants d’immigrés de la 3ième génération, bien que né en France, il vit encore entre deux mondes séparés par une profonde fracture culturelle.

Il eut une enfance désorganisée et difficile, avec des parents eux-mêmes enfants d’émigrés maghrébins ayant vécu l’important décalage culturel et social des deux sociétés d’appartenance comme un trauma banalisé, une évidence, qui vivaient ce sentiment de malaise comme une maltraitance sociale qu’ils déversaient inexorablement en famille.

Ainsi, sans s’en rendre compte, il s’est retrouvé sur un chemin où la haine n’est que la manifestation finale d’une rage accumulée au fil des jours, copieusement nourrie par les injustices familiales et sociales quotidiennes et par un contexte vide d’appartenance : un malaise transgénérationnel.

Un autre de ses mots m’a marqué, qui exprimait l’effort énorme et la force extraordinaire que ce grand garçon utilisait dans un des parcours évolutifs les plus complexe, celui du changement : «Madame, il est difficile d’évoluer seul, tellement injuste d’être toujours attaqué, de ne pas réussir à s’exprimer soi-même, d’être dans la contrainte quotidien de devoir lutter contre une société qui élève constamment le niveau de difficulté, où la bureaucratie complique tout et où on se fatigue au point que les principes… ne me parlent plus, même plus ceux du Coran !»

A cet instant, toutes ses blessures me sont apparues : «Ahmed, vous m’enseignez, et avec le Coran, que cette dureté, cette fatigue peut se transformer en orgueil, qui n’est que le déguisement du sentiment d’infériorité, paradoxalement imaginaire et relationnel à la fois, parce que sollicité concrètement par votre famille, par le milieu où vous travaillez, par la société toute entière qui porte la responsabilité évidente de ne pas réussir à cultiver le seul antidote possible : le sentiment d’appartenance. Mais la colère est la réponse qui ne récompense pas votre intelligence, votre effort d’être ici et votre lutte pour le changement».

Il me répondit avec un regard pénétrant : «La rage me fait me sentir vivant, après tout c’est de leur faute et moi je suis seul à affronter le changement!»

Les yeux dans les yeux, je lui offris mon sincère respect : «Ahmed, vous l’avez déjà fait, vous avez déjà gagné, aujourd’hui vous êtes ici car votre changement a déjà démarré. Cette colère veut seulement trouver une voie de sortie. Vous devrez construire votre vie, et chercher les satisfactions refusées : vous obtiendrez votre diplôme et vous ferez votre concours d’infirmier car, même si personne vous l’a jamais dit, vous en avez les capacités, autrement vous ne seriez pas ici. Prenez cette colère, canalisez-la et transformez-la en créativité. Prenez aussi l’exemple des rappeurs de banlieues».

Ainsi commença son chemin vers le changement, jusqu’à l’une des dernières séances où il me dit : «En réalité, Madame, pendant ces mois passés, avec le dialogue, la confrontation, la découverte de la possibilité d’être écouté et compris, j’évolue jusqu’à pouvoir comprendre que le parcours de cette colère qui conduit à la haine nous est commun. Mais celui qui n’a pas la possibilité d’éprouver le changement est susceptible d’être exposé à des pressions extérieures qui veulent exciter notre propre mal-être à des fins… personnelles sans scrupules ni valeurs».

Quelques années se sont écoulées, aujourd’hui Ahmed est infirmier et a même réussi à être élu « représentant des étudiants » pendant ses 3 ans de formation, il a une compagne et de nouveaux amis, il est toujours musulman et respecte le Coran, il a appris à rassurer et transformer sa colère, et l’infériorité qui l’animait, en détermination positive et en responsabilité, sortant ainsi du sentiment d’injustice et d’impuissance. Ce n’est pas le mérite du thérapeute, car chaque patient est l’architecte de son propre changement, mais deux demandes demeurent dans mon esprit : combien d’Ahmed ne nous ont pas encore cherché ? Et pourquoi ?

Dott.ssa Alessandra Zambelli
Supervisore Psicoterapeuta Analista Adleriana e
Responsabile della Formazione
Institut Alfred Adler de Paris (IAAP)

http://institut-alfred-adler-paris.fr

Pin It on Pinterest