Intervention du 16 Mars 2019 : Virginie Megglé

« La violence indicible : l’abus de pouvoir entre infériorité et supériorité »

Dr Jean-Louis Aillon

Virginie Megglé est Psychanalyste et Superviseur Adlérienne IAAP, Professeur à la SFU (Branche Française de la Sigmund Freud Université, Vienne), auteure de nombreux articles dans la presse spécialisée et de plusieurs ouvrages dont notamment: Le bonheur d’être responsable: vivre sans culpabiliser (Odile Jacob 2014), Les séparations douloureuses, guérir de nos dépendances affectives (Eyrolles 2015), Frères, soeurs : guérir de ses blessures d’enfance (Leduc 2015), Face à l’anorexie : Le visible et l’invisible (Eyrolles 2006).

Elle a publié tout récemment aux éditions Eyrolles « Quand l’enfant nous dérange et nous éclaire, à l’écoute de l’enfance en souffrance« 

Cette intervention s’est déroulée dans le cadre des journées de formation ouvertes à tous les adhérents IAAP

Virginie Megglé nous parle de la violence indicible, invisible, dont les effets sont considérés comme inexistants. Elle met hors-circuit celui qui la reçoit, causant une déflagration intérieure qui ne peut être dite. Maltraitance infantile, violence domestique, harcèlement au travail, ces violences sont parfois muettes, non dites, non reconnues, alors le travail de réparation ne peut être fait. La violence peut-être indicible également du côté de la personne violente : ce qui n’a pas été dit peut s’exprimer par la violence. Virginie Megglé, à travers le paradigme adlérien, nous explique comment la violence renvoie à une infériorité vertigineuse.

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner

Pin It on Pinterest

Share This